Pourquoi privilégier un jardin naturel

Pourquoi privilégier un jardin naturel?

Travailler avec la nature, cultiver des plantes sauvages est facile. Celles-ci sont adaptées au sol et au climat local contrairement aux plantes d’ornement originaires principalement d’Amérique et d’Asie, plus délicates. Le jardin naturel, c’est donc moins de temps passé à entretenir, c’est moins d’attention et moins de produits chimiques à utiliser. Nos aïeux cultivaient ces plantes et savaient profiter de leurs vertus médicinales et culinaires, en plus de leur intérêt esthétique. Le panais cultivé (, très fréquent sur les bords de routes et friches urbaines, était cultivé jadis comme légume, on consommait ses racines. On le considère aujourd’hui comme une mauvaise herbe, comme bon nombre de plantes sauvages. L’art du jardin naturel réside dans le choix de ces variétés, poussant localement. Mais il faut bien sûr savoir comment les contenir pour éviter qu’elles ne deviennent envahissantes. Le jardinier naturel cherchera avant tout à recréer un équilibre naturel en conciliant utilisation du jardin (potager, agrément) et épanouissement de la nature ! L’enjeu du jardin naturel est de permettre un renouveau de la nature en ville en créant : – des zones refuges pour la faune et la flore (le jardin en lui-même sur tout ou partie), offrant des lieux de nidification, de reproduction, de nourrissage… – des zones de transition, créant pour la faune et la flore des liaisons vertes (ou corridors biologiques) traversant la ville, véritables connexions entre deux espaces verts périphériques ou espaces naturels de part et d’autre de la ville. Le jardin naturel peut compléter les politiques de conservation mises en place (Réserves Naturelles Volontaires, Parcs Naturels Régionaux, Réserves Biologiques…).

Présents en plus ou moins grande quantité selon les villes, on considère que sur les 16 000 Km2 de jardins rattachés aux logements individuels en France, 30 % sont représentés par des pelouses, 14 % par des potagers et 12% par des jardins d’agrément. Les jardins privatifs ont un rôle important à jouer sur cet aspect, qu’ils aient une vocation d’agrément ou potagère, au regard des seuls 600 Km2 de réserves naturelles présentes sur le territoire national et des 800 Km2 que gagne l’urbanisation chaque année.

Le jardin naturel, c’est le respect de la vie sauvage au quotidien et c’est l’expression dans toute sa plénitude de la notion d’écocitoyenneté, c’est-à-dire de citoyen responsable de son environnement. Conservation d’espèces rares ou menacées, développement de l’imaginaire, de la créativité, recyclage des déchets verts, support pédagogique sont autant d’habits que peut revêtir votre jardin naturel.

Faites vous aider par des spécialistes : Pépinière Quissac à Souvignargues vente en ligne dipsonible   : https://www.jardin-ecologique.fr/

 

N’oubliez pas de privilégier les plantes indigènes dans votre jardin